Braconnage : L'Ivoire des Éléphants

L'Année Noire de l'Éléphant

GRANDS REPORTAGES N°429 > Février > 2017

 L'Ivoire Tue de plus en plus, et pas seulement des Éléphants

Le monde entier s’émeut du massacre des éléphants depuis si longtemps. Vous pourriez penser que la situation s'améliore. Détrompez-vous : elle empire à grande vitesse.

En 2015, encore 30 000 éléphants d'Afrique disparaîtront de la surface de la Terre. Toute l’Afrique orientale et centrale est concernée. Partout où sévissent terroristes et guerres civiles, les braconniers frappent, de mieux en mieux armés, de plus en plus audacieux, de plus en plus meurtriers. L’ivoire - l’or blanc - est le combustible qui attise le chaos en Afrique. L'équation est simple : une livre d'ivoire vaut de 75 à 265 dollars sur le lieu de braconnage. Sa valeur atteint de 946 à 4.630 dollars dans le commerce de détail, en Chine en particulier. Les bénéfices ont alimenté ou alimentent les guerres en Centrafrique, au Darfour, en RDC, en Ouganda. Boko Haram, les milices Janjaouid soudanaises, l'Armée de résistance du Seigneur, les rebelles de la Séléka sont impliqués d’une manière ou d'une d’autre. Des soldats d’armées régulières jouent à saute-frontière pour participer au massacre et au pillage. Afin de lutter contre ce trafic qui tue les éléphants, mais aussi les hommes, il faut avant tout comprendre et reconstituer les filières. Ce mois-ci, notre reporter nous raconte sa formidable enquête. Et les moyens qu'il a mis en œuvre pour la réaliser : rien de moins que la fabrication de fausses défenses équipées de GPS afin de localiser les chemins empruntés par les contrebandiers. Seul National Geographic pouvait aujourd’hui se lancer dans une telle entreprise. Nous sommes fiers de ce engagement. Surtout, merci à vous : en nous lisant, c’est vous qui le rendez possible.

J.-P.V. - NATIONAL GEOGRAPHIC N°192 > Septembre > 2015

 L'Éléphant d'Afrique est plus que jamais Victime du Braconnage

Ils étaient 1,2 million en 1980, ils ne sont plus que 500.000... A ce rythme, le continent africain pourrait encore perdre 20 % de ses éléphants au cours de la prochaine décennie.

En effet, selon un rapport récent de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le braconnage y a pris une ampleur inouïe. Et ce, en dépit des accords internationaux visant à préserver leurs populations, car l’éléphant d’Afrique figure sur la liste des espèces protégées. Selon les derniers comptages, plus de la moitié des specimens retrouvés morts ont été tués illégalement !

Sans surprise, l’origine de ce fléau reste le commerce de l'ivoire : avec 22.000 éléphants tués en 2013, le trafic a été 2,5 fois supérieur à ses niveaux des années 2000, soutenu par une demande asiatique croissante et l'explosion du cours de l'ivoire... Pour Florian Kirchner, écologue à l'UICN, ces abattages pourraient même entraîner des extinctions de l'espèce, en particulier en Afrique centrale. Pour enrayer cette escalade dramatique, les 30 pays concernés par le braconnage et le commerce de l'ivoire ont adopté des mesures afin de coordonner leurs actions de pénalisation et de dissuasion du trafic.

E.H. - SCIENCE & VIE N°1157 > Février > 2014

 Un Bûcher Éléphantesque

C'est un acte symbolique fort, et aussi une première aux États-Unis : le Service fédéral de la pêche, de la faune et de la flore sauvage (USFWS) a détruit 6 tonnes d'ivoire de contrebande, soit la totalité du stock saisi sur le territoire américain depuis la fin des années 1980.

Les États-Unis imitent en cela d'autres pays considérés comme des plaques tournantes du trafic d'ivoire (Philippines, Kenya, Gabon), qui ont choisi de détruire leur stock illégal plutôt que de le remettre en circulation afin de ne pas contribuer à alimenter le marché.

Le commerce d'ivoire est interdit depuis 1989, mais le braconnage ne cesse d'augmenter. Selon le WWF, 12.000 éléphants sont tués chaque année pour leurs défenses, la plupart en Afrique. Le chiffre d'affaires généré par le trafic d'ivoire tournerait autour de 19 milliards de dollars par an.

E.H. - ÇA M'INTÉRESSE N°395 > Janvier > 2014

 Des Milliers d'Éléphants ont Disparu

Onze mille éléphants sont portés manquants au Gabon.

Deux tiers des pachydermes dénombrés en 2004 dans le parc national de Minkébé, qu'on pensait préservé du braconnage, ont ainsi disparu. Le Gabon abrite la moitié des éléphants forestiers d'Afrique, espèce prisée pour la qualité de son ivoire.

E.H. - SCIENCE & VIE > Avril > 2013

 Sang et Ivoire

C’est une hécatombe à grande échelle et en plein essor.

Ce phénix chinois de 112 cm de long, sculpté dans les années 1920, faisait partie d'une paire de défenses vendues aux USA pour 24.400 dollars.

A Beijing, dans une boutique de luxe, j'observe un couple de Chinois qui admire une sculpture en ivoire très sophistiquée, vendue plusieurs centaines de milliers de dollars. A leurs yeux, cet objet délicatement ouvragé est un signe extérieur de richesse. J’y vois le carnage et la mort. Je sens aussi l'odeur de la mort. Il y a une quinzaine d'années, en reportage au Zimbabwe, j'ai photographié plusieurs carcasses d'éléphants d'Afrique en décomposition - les tragiques dépouilles d'une famille massacrée pour son ivoire.
Aujourd'hui, pres de 70 éléphants sont tués chaque jour par les braconniers qui volent leurs défenses pour assouvir l'appétit des collectionneurs et le marché des objets sacrés. L'existence même de ces magnifiques pachydermes est menacée. Le sort des éléphants est devenu une obsession pour le journaliste d'investigation Bryan Christy. Il travaille sur cet article depuis plus de deux ans. Son constat est sans appel. Le braconnage des éléphants a décliné après l’interdiction du commerce de l'ivoire, décrétée en 1989, mais la tendance s'est dorénavant inversée. Comme l'explique Bryan dans ce numéro, si les raisons de ce retournement de situation sont complexes, la conclusion est simple : le massacre doit cesser. L'ivoire souillé de sang ne peut plus être un gage de richesse ou de ferveur religieuse. Le prix a payer est trop élevé.

Bryan Christy - NATIONAL GEOGRAPHIC N°157 > Octobre > 2012

 Le Culte de l'Ivoire

Chaque année, des milliers d'éléphants meurent pour que leurs défenses soient transformées en objets religieux. Peut-on arrêter ce massacre ?

Certains des derniers grands pachydermes se rassemblent à Tsavo (Kenya). Au marché noir, une grande défense peut rapporter 4500 € piece, de quoi vivre pendant dix ans pour un ouvrier non qualifie kenyan.

Pour empêcher la vente de l'ivoire sur le marché noir, un garde-forestier en civil tranche les défenses d'un éléphant mâle tué illégalement dans le Parc national d'Amboseli, au Kenya.

Lors du premier semestre 2012, six gardiens du parc ont été tués en tentant de protéger des éléphants ; dans le même laps de temps, les gardes ont tué vingt-trois braconniers.

LE BRACONNAGE DES ÉLÉPHANTS

Le massacre des éléphants africains pour leur ivoire décime une espèce qui perd du terrain face aux populations humaines.

Les chiffres relatifs au braconnage sont obtenus à l’examen des carcasses d’éléphants sur des sites surveillés (carte). En 2011, le braconnage a atteint son plus haut niveau depuis dix ans.
L’impact le plus important s’exerce dans les régions d’Afrique centrale (tableaux ci-contre).

1/ Cameroun, début 2012
Venus du Soudan et du Tchad, des assaillants organisés, attaquant à cheval, tuent plus de 300 éléphants dans le Parc national de Bouba Ndjida.
2/ Congo, 2006-2011
Près de 5000 éléphants sont abattus sur des terres jouxtant le Parc national de Nouabalé-Ndoki ; de nouvelles routes forestières rendent la région plus accessible.
3/ Tanzanie, 2012
Les tirs d’armes a feu risquant d'attirer l'attention des gardes des parcs, les braconniers utilisent du poison. La Tanzanie est le principal lieu de transit pour l'ivoire illégal destiné à l'Asie.

LES SAISIES D’IVOIRE

La plupart des pays du monde ont accepté d’interdire le commerce international de l’ivoire en 1989. Mais la demande a augmenté en Asie, soutenue par l’enrichissement de la Chine.

Les saisies ne représentent qu’une fraction du commerce d’ivoire illégal. Et le nombre croissant de prises de grande ampleur indique que des gangs structurés de contrebandiers sont à l’œuvre.

1/ Bangkok, Thaïlande, 2011
Un scan aux rayons X permet de découvrir 247 grandes défenses dans un container de maquereaux congelés en provenance du Kenya - prise évaluée par les autorités à 2,5 millions d’euros.
2/ Malaisie, 2011
Des containers de plastique recyclé provenant de Tanzanie contiennent également 700 défenses en route vers la Chine via la Malaisie.
3/ Province de Guangdong, Chine, 2009
Un bateau de pêche chinois affrété pour l'occasion revient des Philippines avec 770 défenses entières ou débitées, enfermées dans cinq caisses en bois.

Bryan Christy - NATIONAL GEOGRAPHIC N°157 > Octobre > 2012

 

   
 C.S. - Maréva Inc. © 2000 
 charlyjo@laposte.net