Le Monde des Amibes

Une Amibe empaquette des "Rations de Survie" pour ses Descendants

E.R. - SCIENCE & VIE N°1214 > Novembre > 2018

En se Regroupant, les Amibes développent un Système Immunitaire

E.R. - SCIENCE & VIE N°1184 > Mai > 2016

Pour se Protéger, une Amibe Cultive ses Propres Pesticides
ÉCOLOGIE MICROBIENNE

On savait que des amibes Dictyostelium discoideum cultivaient des bactéries comme nourriture... et voilà qu’elles les utilisent aussi pour se protéger des champignons parasites !

C'est la conclusion de Pierre Stallforth, biochimiste à la faculté de médecine de Harvard (États-Unis). Le premier fait est connu depuis qu'en 2011, l'Américaine Debra Brock découvrit une forme d'agriculture primitive chez cet être unicellulaire. "Mais un jour, elle a réalisé qu’un clone de 'Dicty' contenait non pas une, mais deux souches de bactéries : en effet, les colonies cultivées avaient des formes différentes", raconte Pierre Stallworth.
Le chercheur tente alors de comprendre le rôle de cette seconde souche : elle fabrique de la pyrrolnitrine, une substance qui détruit les champignons parasites. Plus étonnant : les bactéries comestibles seraient apparues par mutation de la souche pourvoyeuse de pesticides. "Dicty" s'est donc d'abord associée avec des bactéries la protégeant des infections, à qui elle offrait en échange le gite et le transport. Puis, certaines de ces bactéries sont devenues comestibles. L'avantage pour les bactéries ? Un hôte bien nourri augmente leurs chances de survie, même si cela implique le sacrifice de certaines d'entre elles.

V.E. - SCIENCE & VIE > Octobre > 2013

Pour sa Survit, l'Amibe peut Tricher

Pour ne pas être sacrifiées, des amibes D. discoïdeum empêchent leurs voisines de former des spores.

Chez les amibes sociales Dictyostelium discoïdeum, certaines trichent pour favoriser leur survie au détriment des autres. En effet, alors que ces micro-organismes unicellulaires bâtissent des colonies en cas de disette, ce système de survie peut être détourné, comme l'a montré Lorenzo Santorelli de la Rice University, à Houston (États-Unis).
Normalement, les amibes coopèrent et se spécialisent : certaines en spores, qui seront disséminées vers des contrées plus favorables ; les autres, vouées à la mort, formant la tige qui les soutient. Mais une mutation génétique permet aux tricheuses d’empêcher leurs voisines de former des spores ! Elles constituent ainsi le gros des survivantes, les autres étant sacrifiées dans la tige.

V.E. - SCIENCE & VIE > Mars > 2013

Des Organismes Primitifs (Amibes) Pratiquent l'Agriculture

On savait déjà que fourmis et termites en était capable, mais cela n'avait jamais été observé chez des organismes aussi primitifs que les amibes, ces êtres unicellulaires, ni végétaux ni animaux.

Debra Brock et ses collègues de l'université Rice à Houston (États-Unis) ont montré que Dictyostelium discoideum (à d.), qui vit dans l'humus des forêts, peut stocker, transporter et semer sa nourriture.

Au lieu de consommer toutes les bactéries à sa disposition, elle cesse de s'alimenter et emmagasine le reste de son repas avant de se déplacer. Elles s'agrègent ensuite avec des congénères pour former une sorte de tige, surmontée d'une masse sphérique remplie de spores. Puis les spores se dispersent en portant les bactéries et donnant naissance à une nouvelle culture, là où les amibes n'auraient pas forcément trouvé de quoi manger ! Reste à savoir pourquoi cette tactique, qui augmentent leur espérance de vie, ne concerne qu'un tiers d'entre elles...

R.B. - SCIENCE & VIE > Mars > 2011
 

   
 C.S. - Maréva Inc. © 2000 
 charlyjo@laposte.net