La Créature "Blob" (Physarum polycephalum : Myxomycète)

Le Sel de la Mémoire du Blob

J.I. - SCIENCES ET AVENIR N°868 > Juin > 2019

Le Blob : la Plus Étrange des Créatures

TOUT COMPRENDRE JUNIOR N°76 > Mai > 2019

Le Blob : Ni Animal Ni Végétal

IKARIS N°8 > Avril-Mai > 2019

Le Blob : Cellule Géante et Intelligente


POUR LA SCIENCE N°483 > Janvier > 2018

Le Blob : La Créature qui Affole les Biologistes


V.N. - SCIENCE & VIE N°1197 > Juin > 2017

Ce Microbe se Souvient des Lieux Déjà Parcourus (le Blob)

Ce protiste constitué d'une seule et gigantesque cellule possède les prémices d'une mémoire spatiale.

Ce n'est pas parce qu'un organisme est unicellulaire, et n'a donc pas de cervelle, qu'il n'a pas de mémoire ! Voilà la conclusion de l'équipe menée par Chris Reid (université de Sydney, Australie) et Audrey Dussutour (université Toulouse-III CNRS) après avoir étudié de près Physarum polycephalum, un étonnant cousin des amibes à cheval entre les animaux, les plantes et les champignons. Constitué d'une seule et gigantesque cellule. P. polycephalum peut, pour se nourrir, se déplacer et "tater" le terrain autour de lui en formant de longs "bras", qui laissent une fois rétractés des traces visqueuses. Surtout, les biologistes ont découvert que cette substance gluante lui sert pour "se souvenir" des zones parcourues. Placé dans une boîte de Petri avec de le nourriture mais séparé d'elle par un obstacle, l'unicellulaire teste son chemin vers elle avec ses tentacules, tout en évitant les zones marquées par la substance visqueuse, ce qui lui permet de ne pas perdre son temps en réessayant des chemins testés. S'il est cerné par la substance, Physarum relance une seconde exploration, qui sera alors moins précise et le mènera à la nourriture avec un taux de succès plus faible. Le mécanisme utilisé est donc une vraie stratégie, qui témoigne d'une des premières formes de mémorisation de l'environnement.

E.R. - SCIENCE & VIE > Décembre > 2012

Physarum polycephalum

Physarum polycephalum
CLASSIFICATION
 Domaine  Eukaryota
 Sous-domaine  Unikonta
 Règne  Amoebozoa
 Embranchement  Mycetozoa

Physarum polycephalum est un myxomycète vivant dans des zones fraiches et humides telles que les tapis de feuilles des forêts ou le bois mort.

Visible à l'œil nu, P. polycephalum est généralement de couleur jaune, se nourrissant de spores de champignons, de bactéries et autres microbes. P. polycephalum est l'un des microbes eucaryotes les plus faciles à cultiver in vitro (du papier absorbant humide et des flocons d'avoine suffisent), et a été utilisé comme organisme modèle pour de nombreuses études sur les mouvements amiboïdes et la motilité cellulaire.
La principale phase végétative de P. polycephalum est le plasmode. Ce plasmode est constitué de réseaux de veines protoplasmiques et de nombreux noyaux. C'est au cours de cette étape que l'organisme cherche de la nourriture. Le plasmodium entoure sa nourriture et sécrète des enzymes pour la digérer.
Quand les réserves alimentaires sont épuisées, le plasmode cesse de se nourrir et commence sa phase de reproduction. Des sporanges se forment dans le plasmode, la méiose se produit au sein de ces structures et les spores se forment. Les sporanges se forment habituellement à l'air libre pour que les spores soient transmises par le vent. Les spores peuvent rester quiescentes pendant des années. Toutefois, lorsque les conditions environnementales sont favorables à la croissance, les spores germent et libèrent soit des cellules flagellées soit amiboïdes (stade mobiles) ; les cellules fusionnent ensuite pour former un nouveau plasmode.
Une équipe de chercheurs japonais et hongrois considère que P. polycephalum est capable de se déplacer dans un labyrinthe d'Agar en identifiant le plus court chemin possible quand deux morceaux de nourriture sont placés à chaque entrée. En réalité, P. polycephalum parcourt tout le labyrinthe et persiste uniquement sur le chemin le plus court.

WIKIPEDIA > Octobre > 2012
 

   
 C.S. - Maréva Inc. © 2000 
 charlyjo@laposte.net