P L A N È T E  G A Ï A 
 
   
   
 Index ASTRONOMIE -> SYSTÈME SOLAIRE -> PLANÉTOLOGIE 
   
 
L'Astéroïde Vesta

L'Astéroïde Vesta


DOSSIER POUR LA SCIENCE N°90 > Janvier-Mars > 2016

L'Astéroïde Vesta


C.S.M. - PLANÈTE GAÏA > Juillet > 2015

L'Astéroïde Vesta est une Planète Inachevée

Voici le chaînon manquant entre un astéroïde et une planète ! Vue du pôle Sud (à d. ->)

Vesta, astre bosselé evoluant entre Mars et Jupiter, est un astéroïde, mais il possède un cœur de fer, un manteau et une croûte : il a été secoué de mouvements tectoniques qui ont créé des vallées, des rifts et des montagnes... tout comme une planète. "On s'en doutait, mais les analyses réalisées par la sonde Dawn, en orbite autour de lui depuis juillet 2011, ont enfin prouvé que Vesta est le seul exemple d'un intermédiaire entre une planète et un astéroïde", se félicite C. Russell, membre de la mission à la Nasa.

Durant 10 mois la sonde a braqué ses spectomètres sur la surface de Vesta, detaillé la composition de ses cratères et découvert que la densité de ses roches augmente avec la profondeur.

La preuve en est : l'astéroïde s'est différencié. Comme la Terre, Mercure ou Mars, Vesta a vu ses roches fondrent sous l'effet de sa propre gravité. Ses matériaux ont alors lentement migré pour former des couches, de la plus dense au centre à la plus légère en périphérie, avant de se solidifier. "Nous devons considérer Vesta comme un vestige de ce qu'était la Terre avant même qu'elle n'achève sa formation : une protoplanète.

Juste retour de choses pour ce petit astre qui au XIXè siècle, a été considéré pendant 40 ans comme une planète avant d'être rétrogradé.

M.F. - SCIENCE & VIE > Juillet > 2012

Vesta, l’une des Sources des Météorites qui Frappent la Terre

À plus de 500 millions de km de la Terre, la sonde Dawn (aube en Français) scrute Vesta, le second plus gros astéroïde, après Cérès, de la ceinture principale qui en compte plusieurs centaines de milliers entre les orbites de Mars et de Jupiter.

Lancée en septembre 2007, Dawn, qui a coûté 466 millions de dollars, est arrivée aux abords de Vesta en juillet 2011 et doit repartir en août 2012 vers sa seconde mission : l'exploration de Cérès. Pour l'instant, à seulement 200 km d'altitude, elle continue à mitrailler Vesta de ses clichés (déjà 20.000 photos) et à l'ausculter sous toutes les coutures à l'aide de ses multiples instruments. Les astronomes n'en finissent pas de s'émerveiller devant les images de ce caillou tout cabossé de 530 km de diamètre moyen. Comme dans les rides d'un visage, ils lisent l'histoire de Vesta grâce au nombre, à la forme et à la taille des impacts qui couvrent sa surface. Ils tentent ainsi de comprendre pourquoi cet embryon de planète a interrompu sa croissance lors des premiers millions d'années de la création du système solaire. Les résultats issus des mesures de Dawn font ainsi l'objet d'une avalanche de 6 publications dans la revue Science du 11 mai 2012.

UN OCÉAN MAGMATIQUE SOUS LA SURFACE

Les observations confirment et affinent les théories des astronomes sur la composition de Vesta. La géologie de l'astéroïde géant est complexe. Elle est formée de trois couches séparées : un cœur métallique d'environ 220 km de diamètre, un manteau et une croûte en surface. L'ensemble se serait constitué il y a 4,56 milliards d'années, c'est à dire pendant la période de formation des planètes telluriques du système solaire. Vesta est donc un vestige de l'époque où, non loin à l'échelle de l'univers, se formait la Terre.
Les profondes entailles que les météorites ont créées à sa surface font supposer qu'à un moment, Vesta possédait un océan magmatique sous sa surface. Les astres qui possédaient un tel océan magmatique, c'est à dire un état de fusion presque complète, sont souvent devenus des planètes. D'autres se sont intégrés à d'autres planètes en formation comme la Terre. Vesta, elle, n'a pas atteint la taille lui permettant d'accéder à ce rang...

LES “VESTOÏDES”, DES MÉTÉORITES PROVENANT DE VESTA

Les observations de Dawn ont également confirmés que certains météorites découverts sur Terre (soit environ 6% de tous les météorites reçus) provenaient bien de Vesta. Ils comportent des traces de pyroxène et de minéraux riches en fer et en magnésium qui correspondent aux compositions de roches analysées à la surface de Vesta. C'est la première fois qu'un vaisseau spatial vérifie la source d'échantillons préalablement identifiés sur Terre.
Baptisés "vestoïdes", ces météorites ont des tailles très variables qui vont de celle de très gros galets à celle d'objets pouvant atteindre de 750 mètres à 8 km de longueur... des milliers d'entre eux pourraient de trouver dans la ceinture d'astéroïdes.

D'IMMENSES CRATÈRES UN PEU TROP JEUNES

Ils proviennent peut-être de deux énormes impacts de météorites sur Vesta. Dawn a en effet révélé l'existence de deux cratères géants, tous deux dans l'hémisphère sud. Le premier, Rheasilvia, mesure environ 500 km de diamètre et daterait d'un milliard d'années et le second, Veneneia, d'environ 400 km de diamètre aurait été formé il y a 2 milliards d'années. L'âge des cratères est estimé en comptant le nombre des impacts qui ont succédé leur formation. Tous deux sont nettement plus jeunes que leurs équivalents sur la Lune, âgés de plus de 3 milliards d'années. Il reste donc des mystères à élucider sur Vesta. Dawn n'a plus que quelques mois pour collecter d'autres précieuses informations. Ensuite, en août, elle partira pour sa destination finale, Cérès, qu'elle devrait atteindre en 2015.

Michel Alberganti - Slate.fr > Mai > 2012
 

   
 C.S. - Maréva Inc. © 2000 
 charlyjo@laposte.net