P L A N È T E  G A Ï A 
 
   
   
 Index ASTRONOMIE -> ÉTOILES -> SUPERNOVÆ 
   
 
Supernovæ de Type Ia : Étoiles Vampires ou Novæ

 Les Chandelles Cosmiques n'ont plus de Secrets

Cette relique d'une étoile qui a explosé il y a 400 ans a permis de dévoiler l'origine des supernovæ de type Ia.

Enfin, on sait comment les "chandelles" des astronomes s'allument ! Une équipe de l'université de Louisiane vient de dévoiler les mécanismes qui donnent naissance aux supernovae de type Ia, ces cataclysmiques explosions d'étoiles dont la lumière, visible à des milliards d'années-lumière de distance, sert de mètre étalon pour mesurer l'expansion de l'Univers. "Nous avions identifié deux scénarios, précise Bradley Schaefer, qui a mené l'étude. Soit les supernovae Ia naissaient de deux naines blanches, deux petites étoiles mortes qui, a force de se tourner autour, finissaient par fusionner ; soit elles se formaient lorsqu'une naine blanche happait la matière d'une étoile voisine et s'en nourrissait jusqu'à l'explosion. "Seulement, en fouillant avec le télescope Hubble dans les restes d'une supernova qui a explosé il y a 400 ans, Bradley Schaefer et son équipe n'ont trouvé nulle trace d'une étoile à moitié dévorée... "Si une naine blanche avait accrété la matière d'une étoile voisine, celle-ci devrait encore être là pour en témoigner, tranche le chercheur. Son absence prouve bien que le premier scénario était le bon !"
Plus de doute : les supernovæ Ia naissent lorsque deux naines blanches sont si proches l'une de l'autre qu'elles finissent par ne faire qu'une. Voilà qui devrait permettre aux cosmologistes de calibrer encore plus finement leurs chandelles...

M.F. - SCIENCE & VIE > Avril > 2012

 Une Pierre de Rosette pour les Supernovæ

bolideC'était l'explosion stellaire la plus lumineuse et la plus proche depuis SN1987A.

L'étude de la supernova SN2011fe dans la galaxie M101 a permis de comprendre qu'une naine blanche et une étoile dans la force de l'âge étaient à l'origine de l'explosion. Par ailleurs, le matériel expulsé à cette occasion a été observé avec un niveau de détails sans précédent. En particulier, de l'hydrogène éjecté à 20.000 km/s a pu être détecté.

Le 24 août 2011, l'équipe du Palomar Transient Factory (PTF), un programme dédié à la détection d'objets célestes transitoires, met la main sur une supernova dans la galaxie M101, située à 21 millions d'années-lumière. SN2011fe est une supernova de type Ia, où une étoile explose après avoir atteint une masse critique en vampirisant la matière d'une compagne. Elle est si brillante qu'elle a été détectée seulement 11 heures après son explosion. Du coup, les chercheurs ont pu suivre toutes les étapes de l’événement et remonter au couple stellaire d'origine.
Une aubaine car les supernovæ de type Ia, qui affichent toutes la même luminosité intrinsèque et permettent ainsi de mesurer des distances dans l'Univers, sont mal connues. Les astronomes savent que c'est une naine blanche qui explose, mais ils ignorent la nature de sa compagne. D'après les observations de SN2011fe, il s'agirait d'une étoile dite "de la séquence principale", c'est-à-dire qui possède encore de l'hydrogène en son cœur. SN2011fe s'impose comme la pierre de Rosette de ce type de supernovæ.

CIEL & ESPACE > Février > 2012

 Les Étoiles ? Des Usines à Pétrole !

Théoriquement, c'est impossible. Et pourtant…

Les étoiles parviennent à forger des molécules complexes, semblables au pétrole. Des chercheurs ont fait cette étonnante découverte en observant les derniers soubresauts lumineux d'une étoile agonisante. Les novae seraient ainsi des usines à molécules. Reste à percer leurs secrets de fabrication.

M.F. - SCIENCE & VIE > Janvier > 2012

 Flammes Tremblantes chez les Supernovæ

bolideHuit façons de faire exploser une supernova. Le silicium, le soufre et le calcium sont en bleu, le fer et le nickel sont en vert et le nickel 56 (radioactif responsable de l'éclat d'une supernova et de son déclin) en rouge (->).

Les supernovae de type IA n'explosent pas de façon symétrique. Du coup, leur éclat intrinsèque n'est pas rigoureusement identique, et leur distance pourrait être surestimée de 2 %. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus trois chercheurs américains et allemands après avoir modélisé pour la première fois des explosions de supernovae en 2 dimensions. Pour le moment, ces écarts ne remettent pas en cause l'utilisation de ces supernovae dans la mesure des distances dans l'Univers (en tant que "chandelle standard", dont l'éclat intrinsèque est connu et constant). Mais à l'avenir, ces distances devront être mesurées avec une précision meilleure que 1 % (notamment pour déterminer la nature de l'énergie noire, découverte grâce aux SN Ia). Il faudra alors tenir compte de cette incertitude.

CIEL & ESPACE > Octobre > 2009

 Les Étoiles Vampires

bolidebolideExiste-t-il une vie après la mort ? Oui, pour certaines naines blanches. Ces cadavres d'étoiles deviennent parfois si lumineux qu'on pourrait les prendre pour de nouvelles étoiles. Au lieu de se refroidir lentement en naines noires, elles brillent jusqu'à 100.000 fois plus qu'auparavant !

Le secret de ce regain d'activité ? Ces étoiles vampirisent leur étoile compagnon. Devenues très denses, elles aspirent sa matière par gravité. Un "disque d'accrétion" se forme alors autour de la défunte et, on s'accumulera sa surface, la matière compressée atteint plus de 100 millions de degrés : suffisant pour déclencher une réaction de fusion nucléaire... et la faire revenir, pour un court instant, à la "vie stellaire". Dans une gigantesque explosion appelée "supernova de type Ia", la naine blanche se transforme alors en étoile à neutrons, un sort normalement réservé aux étoiles bien plus lourdes. Il arrive néanmoins que ce processus échoue. Après l'explosion thermonucléaire, l'étoile reste intacte. On parle alors de "nova". Obstinée, la naine blanche récidive ses actes de vampirisme ! Aujourd'hui, on connaît une dizaine de ces "novæ récurrentes". Parmi celles qui se sont manifestées récemment : RS Ophiuchi. Depuis sa découverte en 1898, elle a explosé six fois, dont la dernière en 2006.

B.R. - SCIENCE & VIE > Juillet > 2009
 

   
 C.S. - Maréva Inc. © 2000 
 charlyjo@laposte.net